Le lin

Qu’est-ce que le lin biologique ?

6 août 2021

Le lin biologique, cela sonne comme un choix éthique, mais que signifie réellement « biologique » pour le lin ?

Le terme « biologique », lorsqu’il fait référence à l’agriculture, signifie qu’une plante est cultivée sans l’utilisation d’engrais et de pesticides synthétiques. Le lin, la plante à partir de laquelle le tissu de lin est fabriqué, est naturellement bio lorsque sa culture est réalisée dans sa région d’origine. La nature même du lin et le climat dans lequel il est cultivé font que la plante est résistante aux parasites, nécessite très peu d’engrais et peut se développer entièrement sans irrigation. Voici, dans cet article, tout ce que vous devez savoir sur le lin biologique.

Le lin biologique

Le lin est l’un des plus anciens textiles existants. La culture de son tissu existe depuis des milliers d’années, et les industries textiles de la filière utilisent la fibre de lin depuis des siècles.

Bien que les gens considèrent le lin comme un matériau écologique, ses processus de fabrication déterminent la durabilité du produit final. C’est pourquoi l’utilisation de lin 100 % biologique devient rapidement une meilleure option durable. Le lin considéré comme 100 % biologique et naturel, car il ne nécessite pas l’utilisation de substances toxiques comme les pesticides. Le processus de fabrication du textile exclut également les substances et les procédés de teinture nocifs et synthétiques.

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi le linge (des vêtements aux draps) est parfois appelé « linge de maison » ?

C’est tout simplement parce qu’en raison de sa longue histoire, « lin » est pratiquement synonyme de « tissu ».

Bien sûr, nous savons qu’il existe de nombreux autres types de tissus, mais la fibre de lin est l’un des plus anciens. Cette fibre de qualité est cultivée depuis des milliers d’années.

Dans le monde moderne, le lin est toujours incroyablement utile. La fibre est utilisée pour la production des vêtements, des tapis écologiques, de la literie, des serviettes, et il est même mélangé au coton pour fabriquer le billet de banque américain.

On peut donc se demander : qu’est-ce que le lin et dans quelle mesure est-il bio ? Sa culture est-elle réellement naturelle, écologique et durable ?

Choisir du lin certifié biologique


Un élément essentiel pour déterminer la nature 100% biologique des tissus est la certification d’origine Européenne qui indique que ces tissus et produits sont exempts de pesticides, de colorants nocifs et suivent un processus respectueux de l’environnement. Grâce aux certifications, il est alors plus facile d’identifier les tissus biologiques et durables.

Par exemple, nos tissus en lin sont certifiés MASTERS OF LINEN®, ce qui signifie que la production est 100 % Européenne (incluant la France), réalisée par des producteurs qui n’utilisent que du lin naturel, respectueux de l’environnement et de la plus haute qualité. Le label MASTERS OF LINEN® garantit que votre linge est entièrement fabriqué en Europe, du lin au tissu. Seuls les meilleurs tisserands européens répondent aux conditions strictes. Ce label est supervisé par la Confédération européenne du lin et du chanvre (CELC) et est attribué chaque année après un audit.

D’autres labels bio d’origine Européenne pour le lin existent, tels que les labels OEKO-TEX, European Flax et Global Organic Textile Standard (GOTS), et oeuvrent pour une filière du lin avec une agriculture plus localisée.

Les critères biologiques

Les critères écologiques pour que la production de lin soit bio, selon les labels, comprennent :
– Tous les intrants chimiques (par exemple, les colorants, les auxiliaires et les produits chimiques de traitement) doivent être évalués et répondre aux exigences de base en matière de toxicité et de biodégradabilité/éliminabilité ;
– L’interdiction d’intrants critiques tels que les métaux lourds toxiques, le formaldéhyde, les solvants aromatiques, les nanoparticules fonctionnelles, les organismes génétiquement modifiés (OGM) et leurs enzymes ;
– Les agents de blanchiment doivent être à base d’oxygène (pas de blanchiment au chlore) ;
– Les colorants azoïques qui libèrent des composés aminés cancérigènes sont interdits ;
– Les méthodes d’impression par décharge utilisant des solvants aromatiques et les méthodes d’impression plastisol utilisant des phtalates et du PVC sont interdites ;
– Les unités de traitement par voie humide doivent tenir des registres complets sur l’utilisation des produits chimiques, l’énergie, la consommation d’eau et le traitement des eaux usées, y compris l’élimination des boues. Les eaux usées de toutes les unités de traitement par voie humide doivent être traitées dans une station d’épuration fonctionnelle ;
– Les matériaux d’emballage ne doivent pas contenir de PVC. Le papier ou le carton utilisé pour les matériaux d’emballage, les étiquettes volantes, les étiquettes pivotantes, etc., doit être recyclé ou certifié FSC ou PEFC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.