Conseils, astuces, DIY

Comment reconnaître un simili-cuir ?
Et notre point de vue sur les alternatives au cuir

18 septembre 2017

La raison de cet article est de vous aider à reconnaître un véritable cuir d’un faux cuir. Sans rentrer dans des considérations morales vis-à-vis du bien-être animal. On vous présente ici quelques astuces pour repérer ou éviter un simili cuir selon vos considérations !

Seulement, avant-toute chose, sais-tu ce qu’est un simili cuir ? C’est simple, une couche de tricot en polyester (comme ton maillot de sport 100% polyester) et une couche de PVC ou de PU (autrement dit du plastique)  ! Ce qui est “bon” à savoir sur le PVC, c’est qu’il relâche des dioxines qui sont potentiellement dangereuses dans des espaces confinés et spécialement si le matériau brûle… Un autre élément aussi dangereux pour notre santé et pour l’environnement, se sont les plastifiants comme les phtalates, utilisés pour assouplir le PVC. Cette soupe de produits pétroliers et chimiques est considérée comme  « le plus nuisible des plastiques pour l’environnement » par Greenpeace.

Simili-cuir vs cuir véritable, les 6 techniques à connaître :

Alors voilà nos petites techniques, plus ou moins dans l’ordre, pour savoir si on est en présence d’une imposture :

  1. Simple et efficace : Commencez par regarder l’étiquette et repérez les pictogrammes suivants :

    Si le cuir est représenté à priori s’en est du vrai ! Mais peut-être pas toutes les parties. En tout cas cela vous donne quelques infos.

  2. Ensuite il y a l’odeur. Il faut être un peu familier avec cette odeur mais c’est à force d’essayer qu’on apprend. Attention : il faut savoir que les cuirs très traités et les vieux cuirs ont moins, voir pas, d’odeur.
  3. Le prix. Je vous met au défi de trouver un sac 100% véritable cuir en dessous de 100€…
  4. Le toucher. N’hésitez pas à gratter avec l’ongle, un bon cuir ne laissera rien en dessous.
  5. Trouver la face arrière du cuir ou sa tranche. Si vous voyez du tissu alors c’est du faux cuir.
    Si c’est de l’occasion / abîmé, c’est encore plus facile !
  6. Aidez-vous d’ustensile : Un coup d’aiguille, de briquet au bon endroit c’est très efficace aussi 😉 :
  • L’aiguille passe difficilement dans le vrai cuir
  • Le cuir ne craint (pas trop) la chaleur contrairement au faux !
  • Et un bon coup de ciseaux vous montrera l’arrière du cuir / simili oO

Mais surtout, prenez-vous au jeu : tester les matières. Plus vous pratiquez et plus vous serrez un expert ^^
Allez quelques petits exemples pour vous aider à comprendre :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Des alternatives au cuir ?

On le sait le cuir est un matériaux de qualité (durable, facile d’entretien, flexible, résistant etc… ). Ça fait des milliers d’années qu’il fait ses preuves. Cependant notre éthique, nous pousse de plus en plus à éliminer ce matériau pourtant si noble. Mais cela n’est pas si facile pour nous qui cherchons à concilier qualité, ressources naturelles  et savoir-faire du Bangladesh. Quelles alternatives viables sont disponible ? Heureusement il existe des avancés technologiques comme le cuir vegan proposé par Pinatex qui utilise des chutes de feuilles d’ananas mélangé à du Polylactic acid (PLA). Le PLA est le second bioplastique le plus utilisé au monde, il présente l’avantage d’être biodégradable et d’être issu de ressource naturelle.
– Wouha ! Biodégradable vous avez dit !!?
– Oh là, minute papillon ! Le PLA reste du plastique, il a beau être issue de ressources naturelles, il aura fallu un effort considérable pour le fabriquer. En plus de ça, pour être dégradé rapidement il lui faut des conditions particulière : + de 140 dégrées, de l’oxygène et 2-3 cocktails de substrat organique..  Autrement dit, cela va prendre du temps, beaucoup de temps dans la nature…

Il faut le dire aussi le PLA présente l’avantage d’être un thermoplastique et donc de pouvoir être recyclé ! C’est à dire qu’on pourrait imaginer, le fondre, réussir à séparer la fibre du PLA et enfin le réutiliser. Là aussi, se ne sont que des hypothèses, encore faut-il qu’un processus de recyclage soit existant..

Bref malgré le fait que ça soit prometteur, les choix ne sont pas toujours évidents, surtout quand notre but est d’éliminer le plastique au maximum. On continu à explorer cette piste. D’ailleurs, si quelqu’un à déjà testé du cuir végan on veut bien votre retour ou pourquoi pas un échantillon ! 🙂

Notre vision des choses : Pensez alternative plutôt que similarité

Et si la solution serait de penser autrement ? Pourquoi vouloir toujours égaler les propriétés du cuir sachant que c’est quasi mission impossible ? C’est un peu comme demander à un vegan de retrouver le goût de la viande avec du tofu ! Laisse tomber, c’est perdu d’avance, à part avec un budget R&D énorme ! Chez Bhallot, on s’est demandé si ce n’était pas possible de répondre au même besoin mais avec un matériau différent (naturel bien sûr) ? Et… On pense avoir peut-être trouvé une solution mais c’est encore top secret ! On test et on vous dévoile ça dans le prochain épisode 😉

 

2 thoughts on “Comment reconnaître un simili-cuir ?
Et notre point de vue sur les alternatives au cuir

  • Super cet article avec de bonnes explications ; pour ma part j’attends votre solution top secrète avec impatience, vos sac me font envie mais je me refuse à acheter du cuir, malgré les qualités évidentes de ce matériau… En espérant que ce soit pour bientôt 😀

    • Merci pour votre commentaire !
      On peut déjà dévoilé que le fond d’un nouveau sac cabas sera en Houglat, une plante sauvage semi-rigide 😉
      Sortie prévue pour le 10 mai en pré-commande !

Laisser un commentaire